«Nous nous trouvons maintenant dans un moulin à eau, un moulin souterrain. Bien au-dessous du sol mugit un torrent ; personne, là-haut, ne s’en doute ; l’eau tombe de plusieurs toises sur les roues bruissantes, qui tournent et menacent d’accrocher nos habits et de nous faire tourner avec elles. Les marches sur lesquelles nous nous trouvons, sont usées et humides ; des murs de pierre l’eau ruisselle, et, tout près, s’ouvre l’abîme.»

Hans Christian Andersen, 1836 

Le bourgeois gentilhomme en pays horloger

Exposition temporaire

Au XVIIIe siècle, la bonne société locloise vit à l’heure française, privilégiant la littérature et les modes parisiennes. Horlogers et négociants portent le costume des aristocrates contemporains de Louis XV et Louis XVI : habit, veste et culotte en tissu chatoyant, dentelles et perruque. Au début du XIXe siècle, un renversement complet se produit, suite à la Révolution française. Une nouvelle élégance se met en place, introduisant la sobriété, le noir et la rigueur. Les notables des Montagnes adoptent cette tenue austère qui proclame leur attachement aux nouvelles valeurs bourgeoises : retenue, sérieux, travail et décence.